Make your own free website on Tripod.com

Jules César
Accueil Remonter Romulus Numa Ajustements Jules César Auguste Domitien

 

Le calendrier julien

caesar.jpg (7773 octets)

En 46 avant J.-C., Jules César qui cumule alors les fonctions de Dictateur (pour dix ans) et de Grand Pontife décide de réformer le calendrier traditionnel. De retour d'Egypte, outre Cléopâtre, César ramène avec lui l'astronome Sosigène, sur les conseils duquel il entreprend la refonte complète du calendrier : Rome passe alors à un calendrier solaire.

L'année, désormais réglée sur le cycle du soleil, compte 365 jours répartis en 12 mois. En raison de l'excédent évalué à 1/4 de jour (6 heures), on rajoute 1 jour tous les 4 ans (366 jours). Ce jour, placé après le 24 février (sexto ante calendas Martii) est appelé bis sexto ante calendas Martii, d'où bissextile.

L'adoption du nouveau calendrier ne se fit pas sans mal. D'abord, il fallut rajouter deux mois intercalaires de 33 et 34 jours en plus d'un autre mois intercalaire en février, soit 90 jours à l'année en cours pour caler la nouvelle année sur l'équinoxe du printemps fixée traditionnellement au 25 mars (ce qui en dit long sur l'anarchie qui avait régné jusqu'alors). C'est ainsi que l'année -46 compte 445 jours(!) (ou 443 selon d'autres historiens) et fut appelée par César "année ultime de la confusion" (ultimus annus confusionis), que les citoyens baptisèrent aussitôt "année de la confusion" tout court... Cicéron écrivit que non content de soumettre le monde entier, Jules César entreprenait maintenant de mettre les astres sous ses ordres.

"Se consacrant ensuite à la réorganisation de l'état, César réforma le calendrier, où depuis longtemps, par la faute des pontifes qui abusaient des jours intercalaires, s'était introduit un tel désordre que les fêtes des moissons ne tombaient plus en été ni celles des vendanges, en automne; réglant l'année sur le cours du soleil, il décida qu'elle aurait trois cent soixante-cinq jours, que le mois intercalaire serait supprimé et que l'on intercalerait seulement un jour tous les quatre ans. Mais, pour mieux assurer dorénavant la concordance des dates, à partir des calendes de janvier suivantes, il ajouta deux mois intermédiaires entre ceux de novembre et de décembre; ainsi, l'année où il faisait cette réforme eut quinze mois, en comptant le mois intercalaire qui lui était échu, suivant l'ancien usage."

Suétone, Vie des douze Césars, César XL

"Mais la composition du calendrier, et réformation de l'année, pour ôter toute confusion des temps, fut sagement inventée et conduite à fin par lui [Jules César], laquelle s'est trouvée à l'user fort commode et plaisante : car non seulement dans les plus anciens temps, les romains n'avaient point de certain formulaire, ni de règle arrêtée pour accorder les révolutions des mois avec le cours de l'année, dont il advenait une telle confusion des temps, que les sacrifices et les fêtes annuelles venaient à tomber petit à petit en saisons totalement contraires à ce pourquoi elles étaient instituées; mais encore lors le peuple ne savait en façon quelconque combien montait le cours de la révolution du soleil, et n'y avait que les prêtres seuls qui l'entendissent, et qui en eussent connaissance; au moyen de quoi ils ajoutaient soudainement, quand bon leur semblait, sans que personne qu'eux en prévît rien, le mois supernuméraire et intercalaire, qui anciennement se nommait Mercedonius. L'on dit que le roi Numa Pompilius fut le premier qui inventa cette façon d'interposer un mois; toutefois ce fut un faible remède, et qui ne s'étendit pas guères loin pour corriger les erreurs qui se faisaient au compte de l'année, et les remettre à leur point.
Mais César proposant la matière aux plus savants philosophes, et aux plus experts mathématiciens de son temps, inventa et publia par le moyen des sciences qui étaient déjà en être, une réformation singulière, et plus exquisement calculée que nulle autre, de laquelle les Romains usant jusqu'ici, semblent moins errer que les autres nations en la réduction de cette inégalité des mois aux ans; toutefois encore ne put-il si bien faire, que ceux qui portaient envie à sa grandeur, et qui enduraient mal volontiers sa domination, ne lui en donnassent des atteintes. Car Cicéron l'orateur se trouvant en quelque compagnie où il y eut un qui dit : "Demain se lèvera l'étoile de la Lyre", il ne se put tenir de dire : "Oui, par édit"; comme si les hommes recevaient encore cela par contrainte de commandement.
"

Plutarque, Vie des hommes illustres, Jules César LXXVII

Les noms des mois étaient inspirés du calendrier traditionnel, et l'année commençait en janvier. Après la mort de César (assassiné aux Ides de mars -44) et sur proposition d'Antoine, le mois Quintilis (5e mois à partir de Mars) fut appelé Iulius en hommage à Jules César.

Le calendrier julien entra en vigueur aux calendes de janvier de l'an 709 [ou 708 selon d'autres] ab Urbe condita (1er janvier -45), mais il devait encore subir quelques aménagement sous Auguste.